La franc-maçonnerie est-elle une secte ?

 

 Nombreuses sont les personnes qui se sont posé cette question. Pour pouvoir y répondre, il est nécessaire de définir la notion de secte. L'étymologie de « secte » trace une première piste de recherche : Secte vient du mot sequi qui signifie suivre. Une secte serait donc un groupe de personnes suivant un idéal. Mais alors, nombreuses seraient les sectes. Elles engloberaient les parties politiques, les clubs de bridge et même les amicales de boulistes !

 

Allons plus loin dans notre approche de la notion de secte. Le Robert donne cette définition : Ensemble de personnes qui professent une même doctrine philosophique alors que le Larousse propose cette signification : Ensemble de personnes professant une même doctrine (philosophique, religieuse, etc). Groupement religieux, clos sur lui-même et créé en opposition à des idées et à des pratiques religieuses dominantes.

 

Après considération de ces diverses définitions, il semble que la franc-maçonnerie échappe à la notion de secte. En effet, la Maçonnerie ne propose pas de « doctrine » puisqu'elle prône la liberté absolue de conscience. La franc-maçonnerie se veut le centre de l'union, ce qui serait impossible avec l'imposition d'un dogme philosophique ou religieux. Les agnostiques, les déistes, les juifs, les catholiques et les musulmans refuseraient d'entrer au Grand-Orient de France ou à la Grande Loge (les deux principales obédiences maçonniques françaises) si une "doctrine" leur était imposée. Inévitablement, cela irait contre leurs propres croyances. Les preuves de la diversité philosophique et religieuse au sein des loges sont discernables par la simple lecture de n'importe quel ouvrage de référence. En effet, si on consulte un dictionnaire d'histoire ou une encyclopédie, on s'aperçoit que les loges maçonniques ont accueilli en leur sein des juifs : les ministres Crémieux et Jean Zay, des musulmans : le plus connu étant Abd el-Kader, des positivistes : Littré et Jules Ferry, etc...

 

Mais cela ne suffit pas pour dédouaner entièrement la franc-maçonnerie de tous soupçons. Il faut maintenant chercher à savoir si la franc-maçonnerie est un "groupement clos sur lui-même" . Le principal reproche qui est fait aux francs-maçons consiste à les taxer de "comploteurs". On leur reproche également de ne pas vouloir ouvrir au grand public les portes de leurs loges. Ces critiques pourraient classer les loges au rang des « groupements clos » mais il n'en est rien. La franc-maçonnerie est une société discrète et non secrète. Il est vrai que les réunions maçonniques ne sont pas ouvertes au grand public mais il en va de même pour la plupart des clubs ou des associations. Avant de pouvoir participer à un congrès de militants pour le parti x ou y, il faut prendre sa carte. Dans le cas contraire l'entrée vous est barrée. Pour prendre un autre exemple : avez vous essayé d'assister à la réunion de travail d'une rédaction journalistique sans avoir de carte de presse ? Indubitablement, vous seriez écartés. On ne peut pas dire que les services de rédactions ou les partis politiques soient des sectes parce qu'ils ne laissent entrer dans leurs locaux que des personnes accréditées. Il en est de même pour la franc-maçonnerie. Les loges ne laissent entrer que des hommes et des femmes qui par leur qualités humaines ont su prouver lors d'enquêtes minutieuses leur aptitude à la remise en question perpétuelle.

Enfin, il est bon de préciser que tous les postes importants en Maçonnerie sont soumis au vote. Le grand-maître d'une obédience maçonnique est élu pour deux ou trois ans maximum.

La preuve est donc faite : la franc-maçonnerie n'est pas une secte, elle est même son exact contraire. En effet, s'il est facile d'entrer dans une secte, il est quasiment impossible d'en sortir. A contrario, il est très difficile d'entrer en Maçonnerie, il faut passer par trois enquêtes et un interrogatoire les yeux bandés. En revanche, il est très facile d'en sortir, il suffit de donner sa démission par lettre recommandée. Certains frères ne se donnent même pas cette peine car, lassés par la Maçonnerie, ils ne payent plus leurs cotisations et n'assistent plus au réunions. L'absentéisme et le non-paiement des capitations entraînent la radiation à plus ou moins court terme. Reconnaissons qu'il est difficile d'imaginer une secte qui radie ses membres déçus par la doctrine qu'elle propose. Au contraire, une secte fait tout pour retenir ses adeptes.

Le Grand Orient de France et le Droit Humain sont les deux obédiences maçonniques qui luttent le plus contre le développement des sectes en France. Le député A. Vivien, responsable de la Mission Interministérielle de Lutte contre les Sectes parle ouvertement de son adhésion au GODF. Ce combat a des répercussions à l'intérieur et à l'extérieur des loges maçonniques. Il est bon de savoir que tout membre du Grand Orient de France qui serait affilié à une secte est immédiatement radié. Les sectes ont horreur de l'esprit critique des francs-maçons et elles les prennent souvent pour cible dans leurs attaques des plus paranoïaques.

Parce que s'informer sur les sectes c'est déjà lutter contre elles, je vous conseille d'aller visiter l'excellent site de M. Tussier : http://www.multimania.com/tussier/home.htm

T. R. (mars 2000)